luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tribune libre : le président de l'ALVA Eric Azémar "décortique" les voeux du maire de Luchon (1)

Nous publions ci-après la première partie d'une longue tribune libre du président de l'Association Luchon Vallées Avenir suite à la cérémonie des voeux du maire de Luchon, Louis Ferré.



Mardi 22 Janvier 2019
Eric Azémar, président de l'ALVA


(Photo illustration : archives © Paul Tian / Luchon Mag)
(Photo illustration : archives © Paul Tian / Luchon Mag)
Cette tribune libre est longue, et nous nous en excusons à l’avance auprès du lecteur, mais le sujet est important et il faut entrer dans les détails pour être crédible.

La transcription dans les colonnes de "Luchon Mag " des propos tenus par Monsieur le maire de Luchon lors de la cérémonie des vœux du jeudi 17 janvier dernier ne peut laisser personne sans réaction, il n’est qu’à voir les commentaires postés par les lecteurs de "Luchon Mag" à la suite de l’article en question.

Dans l’article de la "Dépêche" qui rapporte aussi cette même cérémonie des vœux, Monsieur le Maire se présente en sauveur de Luchon puisque, dit-il, à son arrivée en 2008, "il a trouvé la ville au bord du chaos…".

Notre association souhaite, par cette tribune commencer à commenter ces propos et rétablir certaines vérités.

La matière étant trop importante, nous proposerons une suite à cette tribune libre pour couvrir tous les sujets abordés par Monsieur le Maire.

En introduction Monsieur le maire aborde deux points :
  1. "Quand nous sommes arrivés à la mairie, il fallait voir dans état se trouvait la ville..."
  2. "Les thermes avaient perdu plus de 10.000 curistes, alors je peux vous dire qu’il a fallu du temps pour endiguer cette situation..."

Puisque Monsieur le maire mentionne le passé, nous allons le suivre sur ce chemin en faisant bien attention de faire la différence entre la réalité et les rêves, entre la réalité et ses propos pour ne pas dire ses approximations et les inexactitudes, volontaires ou non…  

 
Faisons donc un petit rappel factuel et non exhaustif de l’état dans lequel il a trouvé la ville en 2008 :
 
  • Un train encore en circulation (précisons qu’avant la fermeture de la ligne en 2014 aucune inquiétude n’a été exprimée, aucun courrier n’a été envoyé par M. le maire auprès de la Région comme auprès de la SNCF sur la survie de cette ligne bien malade déjà… depuis au moins 2008..., soit 6 ans d’inaction.
  • Un casino ouvert… Monsieur le maire actuel aura l’honneur de le faire fermer deux fois durant sa première mandature, un petit exploit en son genre...
  • Une station de ski qui dégageait des bénéfices et qui avait investi lourdement dans la fabrication de neige artificielle par exemple. Aujourd’hui en situation de quasi-faillite, le salut de Superbagnères vient de la reprise de la station par le Département et la Communauté de Communes. Sans cette reprise, la station aurait-elle pu rouvrir ses portes pour cette saison ?
  • Un établissement thermal qui accueillait 13.000 curistes contre 11.000 aujourd’hui. (Cela, Monsieur le maire le confirme lui-même) quand le reste des établissements thermaux français progressaient de 20 %... dans la même période !
  • Une population de 2.622 habitants en 2008 contre 2.384 en 2015 (source INSEE)
  • Des taxes locales (Habitation, Foncier, CFE) pour un total collecté par la ville de 5.859.000 euros en 2008 et de 6.900.000 euros en 2016 soit 20% d’augmentation et la pression fiscale la plus élevée du département !
  • Une allée des bains qui ne ressemblait pas à Beyrouth Ouest comme c’est le cas aujourd’hui. (Ne parlons pas de l’état du parc des Quinconces…)
  • La porte principale de l’église en fonction… ; elle est condamnée depuis au moins 6 ans…
  • Le parking du lac de Badech qui ne ressemblait pas à un dépotoir,
  • Piscines municipales en fonction et ouvertes au public…
  • L’allée d’Etigny, vitrine de Luchon, sans trottoirs défoncés et avec un éclairage public digne de nom.
 
 Rapport de la Chambre Régionale des Comptes d'Occitanie 

D’ailleurs, comme le rappelle le premier magistrat, la chambre Régionale des Comptes d’Occitanie (CRCO) a rendu son rapport, en 2018, sur la gestion de la ville de Luchon pour les années 2011 et suivantes.

Laissons donc parler ce rapport (mais est-ce seulement celui auquel fait référence le maire de Luchon ? On en vient à douter…)

Dans la synthèse de ce rapport officiel nous pouvons y relever les extraits suivants sur la gestion municipale de 2011 à 2016 :
 
  • "Confrontée à un déclin démographique, (la ville de Luchon) subit un repli de ses principales activités économiques, au premier rang desquelles l’activité thermale qui affiche une diminution du nombre de curistes de plus de 10 % sur la période, à rebours du dynamisme observé au niveau national…"
  • "La détérioration de la situation financière des thermes s’est accompagnée de la dégradation des équilibres financiers de la commune, dont les charges de gestion ont progressé de 10,6 % entre 2011 et 2016, alors que les produits de gestion ont diminué de 2,7 % sur la même période",
  • "Malgré une capacité d’autofinancement nette consolidée négative, tant en 2015 qu’en 2016, aucune mesure d’économie structurelle n’a été mise en œuvre, notamment sur la masse salariale",
  • "L’importance des investissements récemment réalisés (école élémentaire) ou prévus à ce jour (rénovation des thermes Chambert pour l’accueil d’un casino et extension de l’espace bien-être/thermo ludique), sans plan pluriannuel d’investissement, ni prospective financière, est de nature à alourdir l’encours de dette qui, fin 2016, s’élève à 14 M€, portant ainsi la capacité de désendettement de la commune à 12,5 années."
 
Cette synthèse accablante devrait suffire, mais n’ayons pas peur d’aller dans les détails.

Plus loin dans ce rapport de 90 pages, on peut lire, en ce qui concerne plus particulièrement l’activité thermale :
 
  • "En n’amortissant pas ses immobilisations selon les règles en vigueur, la régie des thermes fausse son état de l’actif, allège artificiellement ses charges et obère sa faculté de renouveler ses immobilisations à l’avenir".
  • "Pour expliquer la baisse de son activité thermale, la commune avance la suspension, en novembre 2014, du train reliant Bagnères-de-Luchon à Montréjeau, l’ouverture d’un nouveau pavillon de cure à orientation rhumatologique à Balaruc-les-Bains et l’insatisfaction de la clientèle."
  • "La régie des thermes de Bagnères-de-Luchon demeure concentrée sur sa clientèle conventionnée et à ce jour la capacité des thermes, qui est de 4 500 curistes par jour, n’est exploitée qu’à moitié".
  • "En 2016, les thermes avaient accumulé un retard de plus de 18 mois dans le remboursement des charges relatives aux personnels que la commune met à sa disposition. Ce retard a été ramené en 2017 à un an, grâce à la souscription d’un emprunt par la régie".
  • "Les thermes ne disposent plus de marge de manoeuvre pour financer non seulement d’éventuels investissements à venir mais également leurs simples dépenses de renouvellement d’équipements et sont contraints de recourir à l’emprunt pour honorer leurs dettes d’exploitation à l’égard de la commune".
  • "La régie des thermes de Bagnères-de-Luchon subit les conséquences de la politique menée jusqu’en 2013 consistant à prélever, au bénéfice du budget principal, l’excédent d’exploitation des thermes. Cette situation a entravé le développement de l’établissement thermal et contribué au déclin de fréquentation constaté jusqu’en 2016, à rebours de la tendance observée au niveau national."
  • "Si les animations à destination des curistes demeurent marginales, il n’existe pas de stratégie globale en lien avec l’office de tourisme afin de promouvoir les centres d’intérêts et les animations proposées dans le bassin luchonnais. Les animations et loisirs proposés à Bagnères-de-Luchon ressortent comme un des points les plus négatifs dans les enquêtes de satisfaction réalisées auprès des curistes".
 
Et pour la fin, au global pour la ville :
 
  • "Les erreurs d’imputation, la non-exhaustivité de l’état de l’actif, l’absence d’amortissement d’une part significative des immobilisations du budget des thermes, l’absence de provisionnement des contentieux en cours et l’absence d’inscription d’importantes garanties d’emprunts portent atteinte à la fiabilité des comptes de la commune de Bagnères-de-Luchon".
  • "Le caractère dégradé des équilibres financiers de la commune résulte d’une quasi-stagnation des produits conjuguée à une progression des charges, notamment de personnel ou liées à l’événementiel (Tour de France, fête des fleurs, festival du film télévisuel de Luchon). Il en découle une capacité d’autofinancement insuffisante pour financer les dépenses d’investissement."
"Dans ces conditions, l’importance des investissements récemment réalisés (école élémentaire) et de ceux prévus à ce jour (rénovation des thermes Chambert et de l’espace bien-être/thermoludique) augure de l’alourdissement d’un encours de dette déjà significatif. Faute de mesure d’économie structurelle, le caractère soutenable des équilibres financiers et patrimoniaux pourrait être mis en cause à court terme".
 
Bravo, Monsieur le maire ! a-t-on envie de dire, tant en effet ce rapport vante votre bonne gestion ! On frémit en pensant au chaos que vous avez trouvé en 2008 !
 
A la lecture de cette litanie de faits et de conclusions désolants relevés entre 2011 et 2016, comment qualifier les propos de Monsieur le maire qui parle d’héritage du passé ? N’a-t-il pu donc rien faire d’autre en 11 ans de mandat que dégrader la ville et ses comptes ?
 
Devant cette liste d’échecs et de mauvaises décisions, (qu’il faudra comparer à la liste de ses promesses électorales) comment qualifier la gestion municipale que nous avons connue et comment porter crédit à d’autres promesses ?
 
Prenons d’ailleurs en exemple une promesse du maire, énoncée dans le cadre de cette cérémonie des vœux :


"La construction de logements sociaux sur le terrain de la gare."
 
  1. La ville n’est plus propriétaire des parcelles en question, elle les a vendues à une société HLM d’économie mixte qui, seule, peut prendre la décision de construire ou non des logements sociaux sur ces parcelles...
  2. Avant de pouvoir construire, il faudra dépolluer tout le terrain…
  3. Cette promesse faisait déjà partie de son programme électoral de 2014… 5 ans déjà… et rien aujourd’hui ? Il est vrai que l’unité de temps utilisée par le Maire est la dizaine d’années !
 
Dans une prochaine tribune, nous continuerons à décortiquer le discours de Monsieur le maire du 17 janvier dernier, en particulier en ce qui concerne "les grandes réalisations de 2018" et les promesses pour 2019.

Eric Azémar
Président de l'ALVA
 
 

Tribune libre, précision

Une tribune libre, un billet d’humeur, un point de vue... désigne un article d'opinion publié dans une rubrique sur "Luchon Mag" ouverte au public. Ce mode de publication permet à une personne qui n’appartient pas à l’équipe de rédaction d’exprimer publiquement ses idées. Il s’agit d’un article d’opinion, de commentaire ou de réactions qui permet, dans la mesure du respect des autres et du bon sens, d’aborder des thèmes très divers.


1.Posté par Ferré Marie Chantal le 22/01/2019 18:18
Voilà une autopsie dans les règles et un résultat parlant clairement de la gestion des 2 mandats du maire en place.
Louis Ferré a du faire du déni sa profession de foi, car lui le spécialiste es statistiques donc supposé en compétence pour aligner les chiffres ne semble pas avoir tiré les conclusions qui s'imposent!!! En un mot, le chaos s'est aujourd'hui!!! Après ce règne dévastateur et cette accumulations de mauvaises idées, de mauvais projets l'argent public "espariqué", comme on le dirait en bon patois, si !!!

L'état de certaines rues comme le précise Eric Azemar, Beyrouth, les thermes Rakka, Quant à Superbagneres sans la tutelle de la communauté de commune et du département il n'y avait point de salut. Réalisera-t-il un jour que le chaos qu'il évoque s'est à sa gestion que nous le devons.
La cour des comptes a dénoncé une mauvaise gestion de la masse salariale, ce qui n'a pas empêché le maire d'embaucher quelques nouvelles personnes si mes renseignements sont bons!!! Quel est le rôle exact de ces nouveaux venus au palais??? Il serait bon de préciser à la population le pourquoi de ces embauches, le vrai but de ces nouveaux venus???

On ne parlera pas de l’hémorragie démographique, facile de comprendre que nos jeunes soit contraints de quitter nos montagnes pour trouver du travail et il ne faut pas s'attendre à une amélioration vu la situation économique de la ville...

Merci Eric, j'ai hâte de lire la suite!!!!

2.Posté par René G. le 22/01/2019 19:00
Oui la tribune est longue, mais on peut la lire en plusieurs fois... et surtout avec attention ! L'avenir de Luchon peut nous prendre quelques minutes de lecture, non ? En attente avec impatience de la suite.

3.Posté par Camille le 23/01/2019 15:17
On attend avec grande impatience la tribune libre du maire de luchon qui bien entendu va répondre point par point au président de l'ALVA. Bon je sais on peut toujours rêver...

Nouveau commentaire :

Coup de coeur | Tribune libre | Coup de gueule | Opinion | Billet d'humeur