luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tribune libre. Festival TV de Luchon : "Madame Coret aurait-t-elle une mémoire sélective ?"

Suite à la lettre ouverte de Claude Coret, ex-présidente de l'Association du Festival TV Comminges Pyrénées, nous publions ci-après la "tribune libre" d'une fidèle lectrice de "Luchon Mag" qui fit partie, en son temps, de l'équipe qui est à l'origine du Festival...



Samedi 22 Septembre 2018
Marie-Chantal Ferré


(Photo illustration : archives © Paul Tian)
(Photo illustration : archives © Paul Tian)
Connaissez-vous l’histoire du boomerang qui finit toujours par revenir ? Ou encore celle du voleur qui se fait déposséder à son tour ?
 
 La lettre ouverte de Madame Claude Coret qui dézingue à tout va ses amis et complices d'hier (lire ici) n’est rien de plus que la description de la reproduction d’une situation qu’elle créa dans le passé pour faire main basse sur le Festival.
Hallucinant qu’elle puisse s’insurger contre le "putsch" dont elle dit avoir été victime !!!

Doit-on lui rappeler la manière peu orthodoxe par laquelle elle s’est emparée du Festival avec la complicité de quelques scélérats aux sympathies variables dans l’entourage de René Rettig, victime lui aussi du putsch ourdi par Madame Coret elle-même ?

Aurait-elle si peu de mémoire ou cette mémoire souffrirait-elle d’une sélectivité bien pratique ?

Je rappelle à Madame Coret qui accuse le maire de Luchon de ne voir dans cette manifestation qu’une vitrine de campagne, que pour parvenir à ses fins, elle a allègrement gonflé sa voile au vent qui tournait, qu’elle a rejoint la bergerie de Louis Ferré afin de parfaire son complot contre le festival originel !

Madame "Moi Je" est en train de vivre les mêmes outrages qu’elle nous a imposé pour satisfaire son ambition et son égo !!!

Son amnésie partielle sur l’histoire de son accession à la présidence du Festival est sidérante et je pense qu’il est opportun de lui rafraîchir la mémoire.

Lorsqu’elle parle de "l’équipe historique" du Festival, je tiens à lui signifier ici avec force que la seule équipe pouvant prétendre au titre de "l’équipe historique" est celle qui a créé cette manifestation, celle qui a pris tous les risques, qui a su motiver toutes les bonnes volontés et qui a su dans un temps record élever le Festival vers le succès que nous avons connu.

 Le Festival n'a pas commencé avec elle, nous ne l'avions pas attendu et même si elle a tout fait pour effacer la véritable genèse de l’événement, n’en déplaise à Madame Coret, elle n’est qu’une partie de l’histoire, l’équipe historique n’est surement pas celle à laquelle elle pense.

Quant à elle, elle n'a fait que prendre le pouvoir, s’attribuer tous les succès en tentant, et s'est dommage, de faire oublier la véritable histoire du Festival, ce qui, vous l’avouerez, dénote la encore d'un manque d'honnêteté intellectuelle.

Est-ce le saignement de son cœur qui apocope sa mémoire ou la blessure de son égo qui sont à l’origine de son amnésie partielle de circonstance ?

Dans tous les cas, je lui conseillerai de ne pas trop s’étendre sur sa déconvenue car il y aura toujours quelqu’un pour la replacer devant ses agissements du passé qui n’ont pas toujours été en adéquation avec une remarquable honnêteté intellectuelle vis-à-vis de ceux qui l’avait accueillie sur notre manifestation.

Nous étions quelques-uns d’ailleurs à avoir perçu très vite l’ambition dévorante de Madame Coret et les dangers qu’elle représentait, la suite nous a donné raison, et la voilà aujourd’hui dans le même bateau que ceux qu’elle a écarté dans le passé.
Je dirai que le boomerang sait infliger les leçons à ceux qui le méritent.
 
Je ne sais pas ce que fera la nouvelle équipe dont Madame Coret semble déjà mettre en doute les capacités, en tout cas ce que je souhaite, c’est que le Festival retrouve sa vocation première : l'image de Luchon, des retombées médiatiques conséquentes, non plus un entre soi sans intérêt pour la ville.

Je leur souhaite, du fond du cœur et de mon attachement tant à la ville qu’à l’évènement, tous les succès pour le Festival, pour la ville de Luchon.

Le cœur de Madame Coret saigne ? Tout comme les cœurs de ceux qui ont créé ce Festival et qui se sont vu relégués par le complot la trahison et des égos démesurés !!!

Je ne vais donc pas m'appesantir sur le sort de cette personne qui, à mon avis, n’a pas apprécié qu'on lui demande de rendre des comptes et de partager le pouvoir.

Si elle se plaint aujourd’hui d’être victime d’un complot politique, je tiens à lui rappeler qu’elle a surfé sur la vague d'un complot identique pour faire main basse sur le Festival.

Les masques finissent toujours par tomber remettant les acteurs fasse à eux même. J’espère que ce point final lui permettra une remise en perspective des évènements dans la plus grande honnêteté, c’est à dire qu’elle fera le parallèle entre la situation qu’elle créa par le passé et ce qu’elle vit aujourd’hui, juste retour des choses, et peut-être accédera t-elle à ce qui lui fait défaut : l’humilité !!

A bon entendeur salut !

Tribune libre, précision

"Une tribune libre désigne un article d'opinion publié dans une rubrique ouverte au public. Ce mode de publication permet à une personne qui n’appartient pas à l’équipe de rédaction d’exprimer publiquement ses idées. Il s’agit d’un article d’opinion, de commentaire ou de réactions qui permet, dans la mesure du respect des autres et du bon sens, d’aborder des thèmes très divers."  
 

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par jeanpeuplus le 27/09/2018 13:32
Tous ces messages ne sont intéressants que pour les" Luchonnais du cru" mais pour les néoluchonnais qui veulent s'intégrer
c'est du charabia qui mériterait une explication car on ne s'y retrouve pas et c'est dommage mais au vu des querelles ci dessus je doute qu'une personne prenne le risque de remonter le temps objectivement. On sait jamais Mais c'est déplorable pour l'image de Luchon

20.Posté par Marie Chantal FERRE le 26/09/2018 14:58
C.... vous êtes dans le vrai, il est difficile d'attribuer une seule origine aux clivages qui étranglent Luchon depuis des décennies. Qu'il s'agisse d'intérêts personnels, d'idéologies en tous genre, on met tout dans même pot, on touille et résultat, ces ingrédients font une soupe toujours en ébullition et qui a finalement le goût amère et stérile.de la division. La question fondamentale reste : Et Luchon dans tout cela????
Bien sur que chacun met en avant le bien de la cité pour rester crédible mais l'intérêt commun est très vite oublié pour laisser la place aux copinages, aux prêtes à penser vous ajoutez à cela la méconnaissance des problèmes liés à la gestion d'une ville comme Luchon, avec un zeste d'incompétence, vous obtenez la situation à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui!!!
Es ce besoin d'affirmer que nous devons fédérer les forces et les compétences? Quant aux clivages je crains qu'ils n'aient la vie dure et il faudra du temps et beaucoup d'ouverture d'esprit pour convaincre les Luchonnais que nous devons tous retrousser nos manches et si possible tous ensemble pour le seul intérêt de notre ville.

19.Posté par C...... le 26/09/2018 13:40
A mon avis, un mélange d'égos froissés, d'ambitions personnelles politiques contre-carrées, de prises d'intérêt qu'il faut cacher, de copains et de cousins qu'il faut aider (ou embaucher) en étant résolument d'un côté et pas de l'autre, une habitude de trente ou quarante ans de s'opposer les uns aux autres en seuls termes politico-politiques, rancœurs familiales, clans (familiaux ou non) qui ont pris l'habitude de contrôler Luchon et qui n'en n'ont plus les moyens aujourd'hui......ou qui veulent continuer ainsi.....

Comme vous le remarquez: on parle peu de Luchon dans tout cela !
Les failles de la plaque tectonique luchonnaise sont multiples: elles bougent indépendamment les unes des autres, en tous sens.
Il faudrait créer une chaire en Sorbonne pour bien la comprendre.

18.Posté par fraisse le 26/09/2018 11:54
Monsieur ou Madame C..... moi aussi Neoluchonnais pouvez-vous nous éclairer un peu?

17.Posté par Père Dupanlou le 26/09/2018 11:03
@C.....

Je ne suis pas nouveau à Luchon et je n'ai toujours pas compris d'où viennent ces clivages.
Si vous pouviez nous donner une explication c'est avec plaisir .

16.Posté par la vigie le 25/09/2018 20:39
C'est quand il n'y a plus rien à se mettre sous la dent, que les rateliers sont vides que les chevaux se battent !!!

15.Posté par C...... le 25/09/2018 19:35
@neoluchonnais:
tout à fait d'accord avec vous mais.... on voit bien que vous êtes nouveau à Luchon... dans qqs temps, vous comprendrez mieux d'où cette incontrôlable vague de fond provient

14.Posté par Neoluchonnais le 25/09/2018 14:29
Néoluchonnais, je suis sidéré par l'énergie gaspillée en haine, rancoeurs, méchanceté, noms d'oiseaux, contentieux et règlements de comptes en tout genre.
Si vous faisiez table rase de tout cela et mettiez collectivement toute cette énergie à construire et non pas à détruire, peut être que cette ville se porterait mieux.
A bon entendeur

13.Posté par fraisse le 25/09/2018 13:03
Putain on dirait du San Antonio

12.Posté par luchon31 le 25/09/2018 09:41
Que de vérités dites par maeva ,merci a toi de leur rafraichir la mémoire ....
félicitations marie chantal ....
adishatz

11.Posté par Marie Chantal FERRE le 24/09/2018 21:11
Merci à toi René pour avoir mis tes mots sur cet épisode douloureux que nous avons vécu,nous les témoins des événements qui nous ont contraints à nous retirer un peu comme si nous étions en faute. Notre faute était celle de la réussite dont nous étions fiers, mais qui a suscité l'envie de s'approprier un outil à des fins politiques et comme je l'ai dit plus haut qui a aussi servi des intérêts personnels. Tout ces ingrédients réunis ne peuvent donner de bons cocktails!!! Aujourd'hui tous ces gens sont prompts à s'arroger la création du festival, le succès que nous avons atteint grâce à la ferveur, à la passion qui nous animait tous. On ne peut pas nous reprocher aujourd'hui de soulever ce qui a été tu pendant trop longtemps et qui a donné le champ libre à tous ceux qui voulaient en récolter les lauriers.
Merci encore de voir l'injustice là où d'autres ne voient que de l'aigreur revancharde!!!

10.Posté par René RETTIG le 24/09/2018 20:18
Mon cher Daniel,
Toutes les choses sont-elles bonnes à dire? Dans mon commentaire j'avais volontairement fait silence sur les meurtrissures de celles qui avaient porté le festival, surtout dans les premières années, quand tout est à prouver. Tu sais à qui je pense: à celles qui ont géré un hôtel éphémère, accueilli les comédiens, coaché des bénévoles, assuré une organisation toujours plus irréprochable. Pourquoi mon silence? Parce que tout est oublié, y compris par les témoins immédiats dont tu fais partie. Mais comme Marie est de celles sans qui le festival n'aurait pas tenu plus d'une saison, il faut lui rendre cette justice qu'elle a le droit d'exprimer son sentiment profond, ce que le femmes ont le courage de faire, (au contraire des hommes qui comme moi préfèrent s'en tenir aux seuls éléments factuels). Ainsi les blessures d'une éviction peuvent perdurer longtemps et c'est l'épisode du changement de président du festival qui est venu les raviver, ce pourquoi, ni Marie, ni moi même n'avons aucune responsabilité. En résumé, ce que j'ai voulu dire, initialement, c'est que notre succès, auquel tu as contribué, n'a pas eu la reconnaissance que méritaient ses acteurs, puisqu'il fallait le taire pour laisser la place. Faut-il te dire aussi mon admiration puisque de ton coté tu a réussi une belle transition et fété les dix et vingt ans du festival avec ceux qui n'ont eu aucune réserve pour s'en arroger la création. Je ne connais pas de plus puissant que le sentiment d'injustice pour me donner le gout d'écrire.
Allez, adeishatz Daniel

9.Posté par Téléphage en cure le 24/09/2018 13:28
C'est le Festival avant l'heure!

8.Posté par Marie Chantal FERRE le 24/09/2018 11:41
Calmez donc vos nerfs, voir des insultes où il n'y en a pas pourrait être interprété par une conscience pas si tranquille. En ce qui concerne la grandeur de Luchon, je ne pense pas que vous y ayez participé si peu soit il. Rassurez vous je n'ai nul besoin de repos et ne souffre d'aucun désordre, à moins que dire la vérité soit aux yeux de certains une vilaine maladie. En tout cas on ne peut me gratifier du syndrome de la veste réversible... moi!!! Mes amis d'hier sont encore et toujours mes amis d'aujourd'hui sans jamais les avoir reniés, même si mon intérêt personnel ai du en souffrir!!!

7.Posté par Dutoit daniel le 24/09/2018 10:02
Mme Ferré,vos insultes permanentes ne grandissent ni Luchon ni votre personne qui mériterait une petite cure de repos....

6.Posté par Marie Chantal FERRE le 24/09/2018 06:09
Je me doutais que ma tribune titillerait Mr. Dutoit et qu’il sortirait du bois pour émettre quelques grognements réprobateurs suite au rappel des événements dépouillés de tout romantisme compatissant. Il est très chatouilleux lorsqu'il s'agit du festival, peut être parce qu'un membre de sa famille fait parti de cette équipe??? Et lorsqu'il parle de malveillance, il semble bien connaitre le sujet. Le ton "copain reconnaissant" qu'il emploi avec René Rettig pour le remercier de ses lumières, n’est pas dépourvu de piquant et ne manquera pas de faire sourire les proches de René de l'époque!!!! Il fait bien de prévenir qu'il n'a pas toujours été d'accord avec René, s'est un euphémisme!!! la trahison allait bon train en cette période de fin de mandat, et les scélérats dont je parlait dans ma tribune, si je me suis abstenue de les citer est justement la preuve que je ne suis pas animée par la haine mais par la description juste des évènements!!!!
Les scélérats cela devrait remettre Mr Dutoit dans le contexte !!! Comme quoi l'amnésie est devenue une maladie endémique autour du festival!!! Oui, L'éclairage de René situe le contexte et le départ du problème, l'aspect financier, mais cela ne doit pas passer sous silence l’autre pan de l’histoire, celui des vautours qui ont largement profité de cette brèche pour ouvrir la guerre que j'ai décrite avec les principes que j'ai parfaitement relaté et qui semblent en déranger certains!!!! Fort heureusement beaucoup s'en souviennent qui n'ont pas une mémoire sélective, et qui me remercie de rappeler les aspects du putsch que certains semblent vouloir effacer de l’histoire du festival ou s’en dédouaner !!!

5.Posté par Dutoit daniel le 23/09/2018 19:57
L'honeteté de René Rettig apporte l'éclairage nécessaire a la compréhension de la chronologie de l'évènement dans le temps.La haine de Mme ferré a l'encontre de Claude Coret prouve ainsi sa malveillance dans son explication de l'histoire telle qu'elle a existé et justement racontée par rené Rettig.
Merci Réné de cette explication qui était nécessaire,et si nous n'avons pas toujours été d'accord sur tout,je pense que tu n'aurais pas joué le vilain rôle que vient de jouer le maire de Luchon qui après avoir été l'incendiaire se pose aujourd'hui en sauveur!...Il faut tout de même avoir une sacré dose de toupet.....

4.Posté par SuperLuchon le 23/09/2018 09:23
On sait qu'à Luchon on a l'habitude se mélanger... Cela fait parti de la culture locale. Certains se sont même échappés, avant que cela aille trop loin.
Mais là, Cela devient difficile à suivre...
Réalité? Fiction?
Tout ce bordel, va peut-être inspirer quelques scénaristes!

3.Posté par Marie Chantal FERRE le 22/09/2018 19:56
Ravie René de te lire ici à propos ce festival qui nous était si cher et pour lequel tu as mené de beaux combats, avec ton équipe pour qu'il perdure. Nous gardons en nous la fierté d'avoir participé à tes côté au succès de cette création qui avait surpris tout le monde et dont la notoriété avait dépassé toutes nos espérances. Je sais la blessure qui fut la tienne et celle de tous les bénévoles "historiques" lorsque nous avons assisté aux manipulations politiques de tous poils, profitant de la délicatesse financière qui hypothéquait l'évènement.
Je sais, connaissant ton humour, que la situation actuelle, s'il elle ne menaçait pas le festival pourrait bien te faire sourire. Elle présente le même profil que celui que nous avons vécu douloureusement. Je sais que la symétrie ne t'aura pas échappée.
Il nous reste les souvenirs il est vrai, mais il serait intéressant que tu en écrives l'histoire. Le merveilleux album de nos mémoires, le travail et ton analyse qui serait juste mais sans concession, sans fioriture. Le festival qui fut ne reviendra pas, avec cette incomparable ambiance entre les bénévoles, le respect des dirigeants et les remerciements de nos invités qui ne tarissaient pas d'éloge sur l'accueil luchonnais.
Gardons cette satisfaction et j'oserais dire le bonheur d'avoir fait parti de cette grande aventure.

Amitié.


Petit encart. Je vois au dessus un commentaire sous forme de questionnement éberlué. Ferré Rettig, y aurait il un hiatus semble se demander l'auteur??? Petit rappel pour les retardataires, mon nom est un peu maudit à Luchon aujourd'hui, mais sachez que je n'ai rien à voir avec cet homonyme locataire de la mairie de Luchon. Hé oui j'ai travaillé pour René Rettig et je crois même que nous pouvons nous considérer comme des amis..

2.Posté par RETTIG le 22/09/2018 17:42
Sagement dans leurs cartons, les archives du Festival du film (TV) de Luchon, occupent une place dans mes souvenirs, depuis sa création en 1997 jusqu’à la fin de mes 2 mandats. Comme pour retrouver des traces vivantes, s’il me prenait le goût d’écrire à ce sujet. Pour l’heure un commentaire suffira à la vérité historique. Ce Festival, presque arrivé à sa première décennie, souffrait d’un grave sous-financement que la ville de Luchon, en dépit du soutien apporté par le gérant du Casino, ne pouvait supporter seule. La Région et le Département, jusque là sourds à nos appels, ont apporté les subventions dès lors que la Ville (et son Maire) se retirât de la direction effective du Festival pour laisser celle ci à l’AFTV, que présidera ensuite Mme Coret. Ayant juridiquement garantit à la Commune la propriété exclusive du Festival, je me suis résolu à cette solution, conscient de toutes les arrières pensées politiques qui animaient nombre de protagonistes. Qu’importe, il en va toujours ainsi des aventures qui réussissent. Ainsi vaut-il mieux susciter des jalousies et faire des envieux que d’entendre prononcer des éloges funèbres.

1 2
Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Faits-divers | Sport | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique