luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Tour de France contre la mucoviscidose : rencontre avec le luchonnais Julien Neumann (3)

Rencontre estivale avec Julien Neumann (2). A 27 ans, le luchonnais vient de parcourir les 3.500 kilomètres des étapes du Tour de France, un jour avant les pros. Il est arrivé le samedi 28 juillet à Paris, sur les Champs-Elysées. Un Tour de France pour la bonne cause, celle de la lutte contre la mucoviscidose. Troisième et dernier volet de l'entretien que Julien m'a accordé à son retour dans la cité thermale.



Mercredi 8 Août 2018


Pour Julien, défi caritatif réussi ! (Photo Facebook @EnAvantPourUnTour)
Pour Julien, défi caritatif réussi ! (Photo Facebook @EnAvantPourUnTour)
Tu nous parles de ton arrivée sur les Champs-Elysées ?
 
C’était vraiment grandiose ! En plus j’ai eu la chance de faire cette dernière étape avec les filles de "Donnons des Elles au Vélo " avec qui on avait partagé un peu la route sur quelques étapes. On ne partait pas forcément aux mêmes horaires qu’elles, mais on les rejoignait en cours de route, on roulait une heure, deux heures, ensemble, de manière de rouler en groupe…

Ça nous a permis de tisser des liens, de sympathiser… C’était très sympa !

Il y avait aussi ce groupe de 8 néo-zélandais qui faisaient aussi le Tour, un jour avant, pour une fondation…

Une dernière étape qui a donc été très forte, en plus on avait la chance d’être encadré par des motards. Pour une arrivée à Paris, on s’est quand même plus senti en sécurité, ils bloquaient les carrefours à notre passage.

Des cyclistes sont venus se greffer à nous, on était quasiment 200 coureurs à arriver sur les Champs-Elysées.

Émotionnellement, cette arrivée a été grandiose avec la pression accumulée depuis trois semaines qui tombe d’un coup, et puis tu comprends en quelques secondes que tu viens de réussir ton défi.
Je n’ai pas honte de le dire, j’ai versé quelques larmes sur les Champs-Elysées.

En plus, il y a la famille de Bretagne qui m’a fait la surprise de venir à Paris, pour cette arrivée.
 
On parle un peu de ton papa ?
 
Heureusement qu’il a été là. Ça n’a pas toujours été évident pour lui. On ne procédait pas comme on avait l’habitude de le faire lors des autres défis, avec des relais de 5 km en 5 km, là, c’était sur des points fixes.

Sur ce Tour, il a fait de la logistique pure avec un gros bahut et il a mangé des kilomètres pour des kilomètres…

Pour lui c’était quand même assez galère et monotone.

En plus avec un camion, il n’avait pas accès à certains cols. A Saint-Lary, le camion il est resté en bas, la route était déjà bloquée. Dans les Alpes, on a eu aussi la même problématique… 

C’était un peu compliqué mais c’était bien de partager quelque chose d’aussi beau que le Tour de France avec son père ! C’est une grande satisfaction que peut-être peu d’enfants connaissent !
 
Et maintenant Julien, quels sont tes projets ?
 
(Eclats de rire) Je vais d’abord prendre le temps de savourer ce que l’on a réalisé.

J’ai l’impression que je ne réalise toujours pas que c’est terminé. En fait, comme je le disais tout à l’heure, j’ai réalisé quand je suis arrivé sur les Champs-Elysées. Mais de revenir au quotidien, après ces trois semaines, c’est certainement le plus dur.

J’en ai déjà discuté avec des gens qui ont fait comme ça le Tour de France en amateurs, ils m’ont dit que la semaine d’après, c’est la pire !

Donc je vais savourer ce beau challenge qui a été réalisé, me reposer un peu, même si je ne suis pas fatigué physiquement, ce matin j’ai fait 45 kilomètres avec un pote…
 
Avant de penser à un autre défi sportif, le but premier ça va être de penser un peu à moi, d’un point de vue professionnel.

Peut-être que ce Tour de France va pouvoir m’ouvrir quelques portes. Si demain une opportunité s’offre à moi, je foncerai, même si le but premier de mon défi, c’était de récolter des fonds pour la lutte contre la mucoviscidose.
 
Pour terminer l'entretien, qu’est-ce qui t’a le plus marqué ?

Ce sont les messages reçus via les réseaux sociaux ou par des gens qui venaient directement vers moi, lors des étapes, et qui étaient touchés de près ou de loin par la mucoviscidose.

Des témoignages qui te prennent vraiment aux tripes et qui t’obligent à continuer car tu sais que tu ne peux pas lâcher dans les rares moments durs que tu peux traverser.

Tu penses à ces personnes et tu continues pour eux, car en fait c’est eux qui te donnent cette énergie supplémentaire pour mener à bien ton challenge.
Je ne retire que du positif de cette extraordinaire aventure…

Interview réalisé par Paul Tian


Le Tour de France de Julien sur "Luchon Mag"


VIDEO. ON Y EST ! ON Y EST !


(Photo Facebook @EnAvantPourUnTour)
(Photo Facebook @EnAvantPourUnTour)

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 15:10 Video : Luchon, un super spot pour le VTT


Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Faits-divers | Sport | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique