luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"Sinfonia Gascona de Nadau" : un spectacle grandiose et une belle leçon de valorisation du Comminges

Deuxième volet du reportage de Nadyne pour "Luchon Mag" sur les deux représentations qui ont eu lieu samedi et dimanche, à la salle Henri Pac de Luchon, de la "Sinfonia Gascona de Nadau".



Lundi 3 Décembre 2018
Nadyne Vern-Frouillou


Public enthousiaste pour cette Sinfonia Gascona de Nadau (Photo © NVF)
Public enthousiaste pour cette Sinfonia Gascona de Nadau (Photo © NVF)
Le Père Noël est déjà passé à Luchon en offrant à un très nombreux public deux sublimes après-midi enveloppées dans un paquet-cadeau en forme de "Sinfonia Gascona".

Certains spectateurs sont même venus deux fois et d'autres envisagent d'aller à Saint-Girons dimanche prochain 9 décembre ou /et samedi et dimanche 15 et 16 décembre à Saint-Gaudens.

Dans les deux cas, le spectacle sera proposé à 16h30 aux parcs d'expositions de chacune des deux villes précitées.

Au programme de cette "Sinfonia Gascona" une sélection des chansons de Nadau et du duo Arredalh. Mais l'originalité est de les offrir dans un écrin insolite avec trente musiciens issus du conservatoire Guy Lafitte de Saint-Gaudens et du milieu traditionnel  et soixante-dix choristes de tout le Comminges dirigés respectivement par Eric Fourcadet et Wilfried Abo.
 
"Le Comminges est le plus beau pays du monde.... Hélas ! La plupart des gens d'ici ne le savent pas".

Le spectacle débute par une boutade de  Michel Maffrand, Monsieur Loyal du spectacle qui sait toujours envelopper ses messages "engagés" d'un voile d'humour. Il explicite immédiatement la portée de son envoi en souhaitant  que grâce à cette "Sinfonia Gascona", les Commingeois  prennent conscience de la véritable valeur de l'âme de leur pays.

Ce concert-divertissement  se veut un  (discret mais espérons efficace) concert éducatif  faisant découvrir les pépites culturelles, historiques et humaines que recèlent le territoire.

La sélection des chansons extraites du répertoire de Nadau et du duo Arredalh doublés des commentaires de présentation (et de quelques gestes et silences éloquents) de Michel Maffrand/Nadau  entraîne le public à partager une réflexion dans l'enthousiasme d'un spectacle admirablement mis en scène et mené dans un train d'enfer (à hydrogène ?) pendant deux heures.

On (sou)rit jaune, comme le gilet que brandira Nadau à la fin de la chanson pour saluer les femmes contestataires qui ont magistralement interprété "Las eretièras" (Les héritières).

Elles y mirent tant de cœur que dans les fumées, non pas des gaz lacrymogènes mais des effets de scène, que ces paroles de révolte mimée écrites en 1854 avaient un curieux relent d'actualité.

Mais bien sûr toute ressemblance avec des événements en cours n'est que fortuit...

Les "groopies" d'Arredalh ont bien sûr partagé l'émotion de Wilfried Abo et surtout de Mathieu Barès qui en est l'auteur-compositeur  quand, dans une ambiance grandiose, il a interprété la chanson-titre de leur premier CD .

Avoir Nadau comme choriste-berger siffleur, être accompagné par un orchestre symphonique et soixante-dix choristes, quel beau cadeau de premier anniversaire pour ce "Pais de goelhèrs" présenté le 9 décembre 2017 dans cette même salle Henri Pac. 

Après la complainte évoquant le terrible épisode du 11 août 1944, le public se réjouit que "les listes électorales européennes aient succédé aux listes de victimes de guerre sur les monuments aux morts" (sic Nadau)  pour se laisser emporter dans "Alegria", une magnifique interprétation de l'hymne à la joie revisité en gascon. Sous la baguette de Eric Fourcadet, directeur du conservatoire Guy Laffite de Saint-Gaudens, violons, violoncelles, contrebasse, flutes, percussions, fifres, accordéon diatonique, boha, craba mêlent unanimement leurs notes symphoniques et traditionnelles pour accompagner la nuée blanche des choristes qui compose un fond immaculé  à cette « Sinfonia Gascona".

Aussi connu que l'hymne à la joie, le prélude musical de la célèbre "Douce - et sainte-nuit" réserva un nouvelle surprise avec l'étonnante "Doça nèt" gasconne  quand s'élève la voix de soprano de Delphine Canal (une des belles voix des Rencontres lyriques de Luchon) bientôt rejointe par (son père) Marcel Canal dont la voix de fausset /voix de tête  ne manque pas surprendre. Il retrouvera sa voix "normale" quand il s'accompagnera à la guitare au cours d'une autre intervention. (Marcel Canal qui  partagea les belles heures de Be Bop et du très réputé groupe gospel Via el Mundo).

Instigateur de ce spectacle de très haute tenue, Michel Maffrand s'y investit corps et âme.

Si, à n'en pas douter, il savoure le grand bonheur de chanter (en deuxième partie) avec le soutien majestueux d'un orchestre symphonique et de si nombreux choristes, il n'en oublie pas son rôle de meneur de jeu sachant aussi être, avec modestie, le choriste-berger de ses jeunes "héritiers culturels" d'Arredalh.

Comme dans ses spectacle où c'est lui, le doyen (t'en pren pas Miquèl !) qui, pour laisser ses co-équipiers faire une pause, c'est toujours lui qui assure dans "Sinfonia Gascona" le moment de l'entr'acte en offrant un long monologue si extraordinaire de vérité, où vient toutefois se mêler la facette conte, pour narrer le repas de communion qui rappelle à chacun tant de souvenirs pris sur le vif que Michel Maffrand, fin observateur, sait aussi bien entremêler que la cuisinière le fait pour les mets du festin.

Cette invitation à l'autodérision frôle l'introspection, mais "bien quand même" ! Seuls les invités au repas peuvent comprendre... Et  ce week-end, à Luchon, nous étions plus de mille en deux.. services !

Je ne voudrais pas terminer sans dire toute mon admiration à l'homme factotum (sans la moindre connotation péjorative) dont on devine parfois l'épuisement humain mais qui retrouve, illico presto, toute sa vigueur, dès qu'il chante. C'est impressionnant.

Mais ce dynamisme chantant se reflète dans l'assistance. Pour preuve, ce groupe des spectatrices aux cheveux blancs qui devisaient avant le début du spectacle "A notre âge, le plus important c'est la santé …. eh ! Oui, mais le problème c'est que plus on avance, plus elle s'en va.." Un pessimisme vite balayé quand elles se transformèrent en choristes endiablées pour chanter avec Nadau.

Entre les soixante-dix choristes sur scène et ce joyeux choeur de vieilles dames dans mon dos,  vive la stéréo !

Avec "Sinfonia Gascona", Michel Maffrand est le berger qui rassemble les talents pour sortir de l'oubli les trésors parfois cachés mais toujours vivaces.

Il existe un très joli mot en occitan  "lo recaliu" qui désignent les braises chaudes cachées sous la cendre et n'attendent qu'un coup de "bufador" (buhador en gascon ?) pour se ranimer.

Avec "Sinfonia Gascona", Michel Maffrand et tous ses amis soufflent sur le "recaliu"... Bravo à eux mais souhaitons que le nombreux public qui ne ménage pas ses applaudissements mette son enthousiasme au service de ce riche patrimoine pour qu'il ne disparaisse pas.    

Vidéo : Se canta

Le Se Canta redonne toute leur jeunesse à des personnes qui avant le spectacle manifestaient un étonnant pessimisme sur la bonne santé qui leur échappai...

 

Vidéo : "Un pais de golher", Mathieu Barès

Un orchestre symphonique et 70 choristes : un grand moment pour Mathieu Barès auteur-compositeur de la chanson titre du CD "Un pais de golher". Un très émouvant cadeau de premier anniversaire.

Eric Fourcadet, chef d'orchestre, directeur  du Conservatoire Guy Lafitte de Saint-Gaudens (Photo © NVF)
Eric Fourcadet, chef d'orchestre, directeur du Conservatoire Guy Lafitte de Saint-Gaudens (Photo © NVF)

(Photo © NVF)
(Photo © NVF)

(Photo © NVF)
(Photo © NVF)

Leur rôle est capital, mais au fond de la salle, les techniciens son et lumière passent souvent inaperçus (Photo © NVF)
Leur rôle est capital, mais au fond de la salle, les techniciens son et lumière passent souvent inaperçus (Photo © NVF)

Marcel Carle, un ancien du célèbre groupe BeBop (photo © NVF)
Marcel Carle, un ancien du célèbre groupe BeBop (photo © NVF)

Autres personnages souvent dans l'ombre : le pianiste... (photo © NVF)
Autres personnages souvent dans l'ombre : le pianiste... (photo © NVF)

... les joueurs de fifre (Photo © NVF)
... les joueurs de fifre (Photo © NVF)


Wilfried Abo (Photo © NVF)
Wilfried Abo (Photo © NVF)


1.Posté par daniel dutoit le 03/12/2018 16:19
Quel bonheur!...Merci encore pour toute votre joie, votre humour,votre sensibilité, enfin,pour tout....C'était encore mieux que l'an dernier, l'orchestre,les choeurs et notre ami Maffran qui ne vieillit pas.Adishatz....

Nouveau commentaire :

Agenda | Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Faits-divers | Sport | Culture | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique