luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Saint-Gaudens : environ 400 manifestants contre la réforme du code du travail

Les opposants à la réforme du code du travail par ordonnances ont manifesté dans des dizaines de villes en France, pour la deuxième fois depuis la rentrée. Une mobilisation qui, par rapport à la précédente, semble avoir connu une légère baisse. A Saint-Gaudens, près de 400 manifestants ont répondu à l'appel des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL.



Vendredi 22 Septembre 2017


(Photo Bernard Comminges)
(Photo Bernard Comminges)
Les opposants à la réforme du code du travail par ordonnances ont manifesté dans des dizaines de villes en France, pour la deuxième fois depuis la rentrée. Une mobilisation qui, par rapport à la précédente, semble avoir connu un "essoufflement". A Saint-Gaudens, près de 400 manifestants ont répondu à l'appel des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL. Ils étaient près du double le 12 septembre dernier.

Comme pour le premier rassemblement, et dans le souci de fournir aux lecteurs de "Luchon Mag" une information digne de ce nom, en toute liberté et indépendance, nous publions ci-après dans son intégralité, l'intervention de la représentante de l'Union Locale de la CGT Comminges.
Pour rappel, c'est ce vendredi, à midi, que le président de la République Emmanuel Macron signera les ordonnances réformant le Code du Travail, immédiatement après leur adoption en conseil des ministres. Elles seront applicables dès leur publication au Journal Officiel. 

Intervention UL CGT Comminges

"En mettant à profit l’été et en usant d’un simulacre, le gouvernement espérait tuer dans l’œuf la mobilisation contre les ordonnances. Mais forts de l’expérience de la précédente loi (la loi dite el Khomery) les salariés et les citoyens ne se sont pas laissés abusés. La journée du 12 a donc mobilisé partout en France des milliers de personnes contre la loi nouvelle loi travail XXL.
Car oui nous, qui ne sommes rien, nous qui sommes des abrutis, des cyniques, des fainéants nous avons répondu présents à l’appel des organisations syndicales.

Malgré les positions nationales de leurs directions, des syndiqués des fédérations FO ou CFE-CGC sont venus grossir les rangs.
Combien je suis fière aujourd’hui d’être fainéante ! Combien nous pouvons tous ensemble être fiers et heureux d’être cyniques ou d’être rien ! Combien elle est belle la France fainéante quand elle est dans la rue !

Demain débute l’examen des ordonnances en conseil des ministres mais le fait que les textes soient applicables après leur approbation par le parlement ne veut pas dire que tout est fini.
Je rappelle l'un des fondements du vivre ensemble : La loi doit servir l’intérêt général.

Les ordonnances Macron en sont le contraire. Elles reprennent toutes les vieilles lunes du MEDEF ! Entre le plafonnement des indemnités prud’homales et la redéfinition des règles de licenciement, entre l’inversion de la hiérarchie des normes et la suppression des CHSCT, entre la fusion des instances représentatives du personnel (débutée par la loi Rebsamen sous la mandature PS) et les suppressions des CHSCT, les ordonnances ratissent large pour nier la représentation élus des salariés.
Ces ordonnances ne font qu’amplifier la loi El Khomri qui avant de changer de nom s’appelait … Je vous le donne en 1000… LOI MACRON !

Cette réforme du code du travail c’est celle qu'Emmanuel Macron avait en tête depuis son arrivée au ministère de l'Economie en 2014 et que Valls a nettoyé un peu pour tenter de la rendre acceptable. Sa version légèrement allégée devenue loi El Khomri, était ici même soutenue par la députée d’alors et sa cour commingeoise.

Aujourd’hui et tout comme mardi dernier, certains de ces sujets sont parmi nous.

Alors nous vous posons la question: que faisiez-vous au printemps dernier ? Nous sommes peut-être fainéants mais pas encore séniles ! Nous ne sommes pas dupes non plus des manœuvres visant à casser la mobilisation et la solidarité intergénérationnelle.

Le gouvernement annonce qu’il recevra les syndicats de routiers ... Aux retraités Macron fait cadeau de 0,8% de revalorisation des retraites. Z’ont qu’à oublier que l’inflation c’est tout les ans et que la CSG va augmenter Ici et là, lâcher des miettes pour faire vaciller le mouvement et diviser les forces.

Mais pas grand monde s’y est laissé prendre. 50.000 à Marseille ce matin, 14.000 à Toulouse. Pendant ce temps le roi Macron continue plus que jamais à protéger les patrons millionnaires et les actionnaires des grands groupes.

Au second trimestre 2017, les entreprises françaises ont versé 34 milliards d’euros de dividendes.
Notre pays est champion d’Europe en la matière ! Notre pays est champion de la misère !

De l’argent il y en a dans les caisses du patronat et des actionnaires !

Pourtant Mr le président, vous décidez de prendre aux pauvres pour donner aux riches. Vous augmentez la CSG mais enterrez la taxe sur les transactions financières. Vous baissez les APL de 5 euros et offrez des cadeaux fiscaux sans précédent pour les ultra riches ! Vous rétablissez le verrou de Bercy alors que la fraude fiscale coûte 85 milliards d’euros par an au contribuable français !
Vous êtes l’anti Robin des bois !

Dans cette nouvelle France que vous souhaitez dessiner, il vaut mieux être banquier et riche... Sinon on n’est rien... Vous osez dire en marge de vote intervention à l’ONU "La démocratie ce n’est pas la rue. Les électeurs français ont voté pour le changement".
Ne l’oubliez pas : vous avez été élu par défaut !

La casse du code du travail se fait selon l’idée que la flexibilité est la seule manière de réduire le chômage.

C’est faux !

On sait pertinemment que la déréglementation du travail ne fait que augmenter la proportion de travailleurs pauvres et les inégalités.

Le renouvellement de la classe politique porté par le candidat devenu président de la république n’était qu’un leurre. Une fois encore, le gouvernement défend les intérêts des puissants mais comment pourrait-il en être autrement quand des gouvernants viennent de Danone ou Véolia ?

Celle-là même qui aujourd’hui veut casser le code du travail a gagné 1,13 millions d’euros en un jour grâce au licenciement de 900 personnes.

Profiter d’un plan social au sein du groupe qui l’employait pour revendre ses stock options à un tarif avantageux... Mme Pénicaud vous n’avez rien à faire aux commandes de notre pays !

Avec ce gouvernement, dans lequel nous retrouvons nombre de ministres ayant appartenu aux gouvernements précédents dirigés par Messieurs Valls et Hollande, les logiques financières spéculatives sont encouragées au détriment de l’intérêt général, de notre bien commun, de l’avenir de la planète.

Il est temps de passer à la vitesse supérieure, de paralyser l’économie.

La résistance doit sortir des entreprises, des services où nous sommes organisés. Il est temps d’arrêter de produire car nous ne sommes peut-être pas grand-chose mais sans nous... eux qui ne seront rien !

Alors chers amis chers camarades... mettons tout en œuvre pour que la porte vers tous les abus ne se referme pas sur nous !

Car... le monde ne sera pas détruit par ceux qui le font mal mais par ceux qui le regardent sans rien faire (Einstein)."
 

(Photo Bernard Comminges)
(Photo Bernard Comminges)

(Photo Bernard Comminges)
(Photo Bernard Comminges)

(Photo Bernard Comminges)
(Photo Bernard Comminges)

(Photo Bernard Comminges)
(Photo Bernard Comminges)

(Photo Facebook Elsa Milite)
(Photo Facebook Elsa Milite)

(Photo Facebook Elsa Milite)
(Photo Facebook Elsa Milite)


Saint-Gaudens : environ 400 manifestants contre la réforme du code du travail

Nouveau commentaire :

Offre d'Emploi | Politique | Clin d'oeil | Solidarité | Arrêt sur image | Murmures sur les allées | Gastronomie | Education nationale | Commerce | Annonce | Ephéméride | Animaux | L'Evènement | Coup de pouce