luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Privatisation des Thermes : Jean-Paul Ladrix, leader de l'opposition municipale, souhaite un référendum d'initiative locale

Dans l'interview que Jean-Paul Ladrix a accordé à "Luchon-Mag", le leader de l'opposition municipale, précise que "le changement de statut des Etablissements Thermaux de Luchon dans le but de les privatiser (comme l'envisage le maire de Luchon Louis Ferré), constitue un enjeu économique majeur et non pas politique".



Mardi 18 Décembre 2018


(Photo archives Luchon Mag © NVF)
(Photo archives Luchon Mag © NVF)
Depuis le conseil municipal de vendredi dernier, les Thermes de Luchon ne sont plus gérés sous la forme d'un Service Public Administratif (SPA) mais d'un Service Public Administratif et Commercial (SPIC). Quelles conséquences ?

J.P.L. : Nous observons que le simple passage de SPA en SPIC alourdira les charges des établissements thermaux de 80.000 € par an, ce qui représente les recettes générées par 130 cures thermales. Autrement dit, à partir de 2019 les Thermes de Luchon devront augmenter leur clientèle 130 curistes pour simplement réaliser le même résultat financier qu’en 2018.
 
La municipalité de Luchon envisage une privatisation des Thermes de Luchon. Etes-vous favorable à cette éventualité ?

 La constitution de ce Service Public Industriel et Commercial est le prélude à une privatisation qui ne résoudra pas de façon certaine et radicale notre problème de fréquentation.

Malgré le discours rassurant et facile que certains tiennent aux Luchonnais depuis des années : il n ‘y aura pas d’effet "baguette magique".
 
Mais alors quel avenir pour les Thermes ?
 
Si nous regardons la situation sans tabou ni parti pris idéologique, nous devons considérer un ensemble d’éléments :
 
  • Les Thermes de Luchon souffrent d’un déficit d’investissement, la dernière tranche de travaux apportant une amélioration qualitative, perceptible par nos curistes, a été réalisée en 2000.
  • Depuis plus de 40 ans, les municipalités successives prélèvent trop sur les Thermes au profit du budget de la ville.
  • La Chambre Régionale des Comptes a demandé que l’on ramène ce prélèvement à 500.000€ maximum par an.
  • Une privatisation éventuelle ne doit pas alourdir ce prélèvement. Le passage en SPIC (+80.000€) plus le loyer demandé par la Ville au titre de la location des murs et des sources doit être largement inférieur à cette somme. En échange, exigeons un cahier des charges contraignant afin que le futur partenaire réalise des tranches d’investissements convenues à l’avance.
  • Il sera intéressant de savoir comment un opérateur privé appréhendera les charges générées par le fonctionnement de Luchon Forme et Bien Etre qui nécessiteraient un reversement de 300.000€ par an environ, non réalisé à ce jour, vers les Thermes médicaux.
 
En cas de privatisation, il faudra réintégrer dans le budget Municipal les salaires des personnels permanents ayant un statut de fonctionnaires territoriaux travaillant aux Thermes. Nous sommes bien conscients que la bonne santé actuelle du thermalisme Français attire à nouveau des investisseurs privés et qu’il n’est pas interdit d’explorer cette possibilité en gardant à l’esprit les contraintes précitées.
 
Les propositions détaillées d’éventuels investisseurs et leur capacité financière à tenir leurs engagements sur la durée devraient être exposées bien en amont aux Luchonnais.
 
En conclusion Jean-Paul Ladrix ?
 
Je rappelle que les trois piliers économiques de notre ville sont : le Tourisme, le Thermalisme, les Sports d’hiver. Si nous considérons globalement les choses :
  • L’Office du Tourisme dépend de la Communauté des Communes Pyrénées Haut-Garonnaises,
  • La station de Superbagnères dépend du Département de la Haute-Garonne,
  • Et le dernier levier économique important entre les mains d’un Maire de Luchon, c’est les Thermes, et nous nous apprêtons à nous en séparer.

Il est possible que cette évolution soit nécessaire, mais puisque la Majorité Municipale actuelle n’a pas reçu de mandat des électeurs pour réaliser cette opération (cela n’était pas explicité dans son programme), Il serait sans doute justifié de réaliser un référendum d’initiative locale, afin de demander aux Luchonnais, s’ils souhaitent engager leur avenir sur la proposition qui sera retenue.

Référendum d'initiative locale, mode d'emploi



1.Posté par Lauwers Marianne le 18/12/2018 20:01
Docteur,
pourquoi ne pas avoir dit tout ça plus tôt ? en tant qu'opposition, sur L.M. ?
Ou alors L.M. n'est pas un bon moyen de communication ?
Ceci est un commentaire interrogatif : non une affirmation.

2.Posté par Jean Paul Ladrix le 18/12/2018 20:48
Madame
Le débat à lieu maintenant
Par ailleurs relisez l'ensemble de mes déclarations concernant les thermes lors de la précédente campagne municipale
Ce que je dis ,concernant le manque d'investissement dans les thermes,je ne le dis pas en tant qu'oppposant,je le dis depuis plus de 25 ans en tant que Luchonnais et Elu dans la majorité puis dans l'opposition
Par ailleurs ce qui est important ce n'est pas la temporalite ,c'est de savoir si vous trouvez mon analyse pertinente ou pas
Bien cordialement

3.Posté par Ferré Marie Chantal le 19/12/2018 07:21
Certains arguments avancés par Jean Paul Ladrix méritent d'être détaillés, étayés et expliqués à la population luchonnaise. Les détails d'une éventuelle reprise par un tiers devront être étudiés avec beaucoup d'attention pour éviter une confiscation des retombées financières, il faudra se préoccuper aussi des emplois, ne pas perdre de vue ce paramètre important pour le personnel qui est pour l'instant dans l'inquiétude et le questionnement sur un avenir peu rassurant.
Ce qui m'effraie un peu est le manque de compétence de Louis Ferré à négocier un tel contrat en tenant compte de tous les paramètres. Je crains qu'il ne veuille à tout prix exécuter son plan dans la précipitation comme à son habitude.

La grande question reste l'impossibilité de la ville à effectuer les investissements vitaux pour développer l'attractivité et qui donneraient à la clientèle l'envie de retrouver le chemin de Luchon. L'offre nationale des stations ayant pris le parti, en temps et en heure de la modernisation nous relègue à cette image de station désuète, voir une image plus négative encore, selon les conversations que j'ai pu avoir avec des curistes.
Cependant, qu'elle solution s'offre à nous aujourd'hui?? Jean Paul Ladrix connait l'état des finances de la ville, la gestion catastrophique de Louis Ferré, ses investissements mal pensés, et surtout son incapacité à déterminer les priorités.
Les thermes auraient du être au centre de toutes les attentions, de toutes les projections et de tous les investissements. Je pense bien sur au million d 'euros emprunté pour le casino et qui aurait été le bien venu pour panser les plaies de l'établissement thermal. Nous voilà donc réduits à agir dans l'urgence, l'urgence qui n'est en général pas bonne conseillère.
Bien sur qu'une privatisation totale ou partielle n'aura pas l'effet d'une baguette magique, il y aura le temps des travaux colossaux qui s'imposent, le temps de la communication et le temps de décider les curiste à revenir vers notre ville. Autrement dit s'est un pari sur l'avenir, mais il n'y aura pas d 'avenir si nous nous engluons dans la situation actuelle qui ne laisse aucune latitude pour réhabiliter les thermes. Donc, nous devrons rester vigilants sur les négociations, sur le contrat qui sera passé avec l'éventuel repreneur, car en l'état actuel de la situation nous nous retrouvons dans l’impossibilité de pouvoir continuer à exploiter l'énorme potentiel de notre Luchon, ce qui reviendrai rapidement de mettre la clef sous la porte.
Mais encore faudra-t-il que des repreneurs se présentent à notre porte et ne soient pas effrayés par les investissements qui s'imposent.
Je pense qu'une information précise devra être diffusée auprès de la population, sans oublier de préciser qu'il n'est plus possible pour la ville d'envisager d' investir et donc de continuer à exploiter les thermes qui se vident de leur clientèle d'année en année, pendant que sur le plan national le thermalisme reprend des couleurs.

Quant à une consultation par référendum auprès des Luchonnais oui, à la condition que toutes les explications soient fournies, y compris le spectre de la fermeture qui menace. Le tabou de la privatisation a la vie dure et il ne faudrait pas que celui ci soit un frein au développement de l'activité sous le prétexte obsolète que les thermes ne pourrait avoir une vie en dehors du statut actuel.

4.Posté par Lauwers Marianne le 19/12/2018 10:54
@Dr JP Ladrix,
merci pour votre réponse.
Je comprends mieux votre position.

5.Posté par Paul Tian le 19/12/2018 12:05
@Marianne
"Luchon Mag" a toujours ouvert ses colonnes à Jean-Paul Ladrix. Et il a toujours accepté nos demandes.

6.Posté par Lauwers Marianne le 19/12/2018 13:00
@Paul.
Merci Paul : comme ça j'ai tout l'éclaircissement à mes interrogations.
Je ne connaissais pas l'historique complet qui remonte à plus de 25 ans... 25 ans !! Preuve qu'il en faut du temps pour redresser "la barre" dans ce naufrage...
Gardons espoir, donc !

7.Posté par peyrillac le 21/12/2018 16:36
c'est vrai..la situation n'appelle pas l'urgence et il est en core temps de tergiverser, analyser, discuter,..voire ne rien faire!
cette ville pour qui comme moi la connait depuis plus de 50 ans est morte. Pas d'investissement, pas de communication, des bâtiments dégradés, du personnel démotivé...pendant que les autres stations jadis regardées de haut par les luchonnais connaissent une opulence insolente... Mais il aurait fallu renoncer à des rentes de situation, à des tabous idéologiques (le prive: horreur!!).
Il y a longtemps que je ne viendrai plus en cure à Luchon si je n'y étais obligé par un bien immobilier qui est maintenant invendable dans une ville en ruine mais aux impôts faramineux. Du reste qui maintenant connaît Luchon au regard de sa gloire passée..

Nouveau commentaire :

Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Agenda | Culture | Sport | Faits-divers | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique