luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ligne SNCF Montréjeau-Luchon : ce vendredi, assemblée générale de CDRIC

La Coordination pour la Défense du Rail et de l’intermodalité en Comminges/Barousse (CDRIC) tient sa troisième assemblée générale ce Vendredi 11 janvier, à 18h à Luchon au Pavillon Normand. Une AG qui est ouverte à tout ceux pour qui la ligne SNCF Luchon-Montréjeau est vitale à notre territoire.



Mercredi 9 Janvier 2019
CDRIC


Novembre 2014, dernier train en gare de Luchon avant la suspension par la SNCF de la ligne Montréjeau-Luchon (Photo © archives Paul Tian)
Novembre 2014, dernier train en gare de Luchon avant la suspension par la SNCF de la ligne Montréjeau-Luchon (Photo © archives Paul Tian)
La nouvelle assemblée générale de l’association CDRIC aura lieu au Pavillon Normand de Luchon ce vendredi 11 janvier à 18h. Nous partagerons en début de soirée un apéritif dînatoire pour continuer les échanges, nous vous invitons à venir nombreux.

ORDRE DU JOUR :

L'année 2018 a été riche en actions sur le terrain.

Nous avons continué à solliciter par courrier différents élus locaux (Intercommunalités, région), député, Président de la République, ministres de la Transition écologique et solidaire, des transports.

Nous avons été présents aux différentes commissions du Comité de Pilotage de la ligne Montréjeau-Luchon pour défendre nos propositions pour une remise en exploitation de la ligne ambitieuse et moderne au service de tous nos territoires.

Nous avons fait entendre nos revendications pour la mise en circulation de matériels roulants non polluants (Régiolis hybride, nouveau train à Hydrogène conçu par l'usine Alstom de Tarbes) et le retour du train de nuit Paris-Luchon.

En fin d'année 2018, la Région Occitanie a annoncé par voie de presse, l'expérimentation du futur train Hydrogène d'Alstom sur la ligne Montréjeau-Luchon à l'horizon 2022.  C'est une nouvelle saluée par les membres du conseil CDRIC qui défendent depuis deux ans cette option. C'est un signe fort de reconnaissance de notre proposition.

Mais l'urgence reste la régénération de la voie dans les délais les plus courts pour accueillir ces nouveaux trains d'avenir tout en élaborant des services ferroviaires modernes et attractifs pour attirer de nouveaux usagers du rail.

Cette longue étape sera rude face à SNCF qui renâcle et temporise en dévoilant en décembre 2018 un programme d'études préliminaires peu ambitieux, bien plus long et plus coûteux qu'annoncé au début de l'année. Un rapport de force inspiré de la politique nationale de désengagement pour la sauvegarde des "petites lignes". 

L'association reste engagée pour continuer à interpeler l'Etat et SNCF afin qu'ils contribuent à l'effort financier qu'ils ont le devoir d'assumer, en honorant leur signature du Contrat de Plan Etat Région (CPER).
 


1.Posté par kropotkine le 09/01/2019 18:12
passage tiré du communiqué de presse de l'ARAFER de novembre 2018 ( autorité de régulation des activités ferroviaires et routières )
une analyse critique sur la capacité de SNCF réseau à pouvoir garder les capacités de financement pour les contrats passés.
Rappel :
Pour la ligne Luchon Montréjeau , SNCF Réseau doit contribuer à la hauteur de 13 % du coût final non encore officialisé !
l'Etat 17 % et 7O % la Région Occitanie.

"Si les montants globaux des investissements sont en ligne avec la trajectoire contractuelle, l’Arafer s’interroge sur les modalités des arbitrages selon les types d’investissements qui devront être réalisés afin de tenir compte des ressources disponibles. En particulier, le financement par SNCF Réseau du projet HPGVSE (Haute Performance Grande Vitesse Sud-Est, prévoyant le déploiement du système de transmission sol-train ERTMS 2 sur la ligne à grande vitesse Paris-Lyon) est assuré par un renoncement de montant équivalent sur l’enveloppe des dépenses de renouvellement. De même, les trajectoires des projets régionaux de développement présentées dans le projet de budget intègrent une enveloppe d’investissements réduite par rapport aux engagements contractualisés avec les Régions. Ainsi, l’Autorité réitère ses interrogations sur une approche consistant à définir des trajectoires d’investissements sans assurance sur la capacité de SNCF Réseau à les réaliser et à les financer."

A méditer pour la suite du combat !

2.Posté par CANCEL le 11/01/2019 14:34
Bonjour,
C'est bien jolie de se réunir et de ne rien changer aux décisions prises. . .
Le train a hydrogène c'est, peut être, en 2022 qu'aurait lieu les essais. . .
2022, 2024,2026, ou peut-être jamais. . . Ou une piste cyclable . . .
Le fait qu'il n'y ait plus de trains qui circulent entre Luchon et Montréjeau à entériné le fait qu'il n'y aura plus de trains sur la ligne!
Il faut qu'il y est un train qui circule, même diesel, sur la ligne Luchon -Montréjeau, est avec des arrêts aux anciennes haltes.
Cordialement, Cancel.

Nouveau commentaire :

Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Agenda | Culture | Sport | Faits-divers | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique