luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

"Le crime de l'express Paris-Luchon" : entretien avec l'auteur Jean-Claude Billiet

Rencontre avec Jean-Claude Billiet qui vient de publier son troisième roman policier qui se passe à Luchon. Un auteur qui partage sa retraite entre Saccourvielle, en Vallée d'Oueil et les Hauts-de-France. Un thriller qui connaît un très beau succès...



Jeudi 7 Février 2019


"Le crime de l'express Paris-Luchon" : entretien avec l'auteur Jean-Claude Billiet
C’est votre troisième roman policier. Pouvez-vous nous parler des deux premiers ?

Tout a commencé avec "Le mystère de l’horloge", qui se passe à Saccourvielle dans la vallée d’Oueil. En visitant l’église Saint-Barthélemy, sans doute l’une des plus belles de la vallée, je suis tombé d’admiration devant le mécanisme de l’horloge qui venait tout juste d’être descendu du clocher. L’idée m’est venue que ces mécanismes ingénieux, conçus par la célèbre famille de forgerons-horlogers, les Mengarduque, pouvaient abriter bien des secrets... De là à imaginer un roman prenant sa source au 19° siècle avec un dénouement à notre époque, il n’y avait qu’un pas que j’ai franchi avec jubilation.

Devant le succès inattendu de ce premier roman, j’ai éprouvé l’envie d’en écrire un second après une promenade à Castel Blancat, la majestueuse et mystérieuse tour de guet qui veille sur la Vallée d’Oueil, d’où le titre éponyme "Le trésor de Castel Blancat".

Cette fois, l’intrigue débute au 8° siècle, se poursuit au 13° et trouve son accomplissement en 2012. Outre les mêmes protagonistes que dans le mystère de l’horloge, on y trouve d’étranges personnages : un receleur, un italien de la Camora napolitaine et bien d’autres, menant la sarabande autour d’une magnifique vierge polychrome, telles qu’on peut les admirer dans nos églises du Comminges et qui firent l’objet d’une exposition à Luchon… justement en 2012 !
 
Le titre de votre troisième roman "Le crime de l’express Paris-Luchon" n’est pas anodin, j’imagine, alors que notre territoire n’a plus de train depuis novembre 2014 et que la réouverture de la ligne SNCF est prévue pour 2021 ou 2022… Sans dévoiler l’énigme, que se passe-t-il dans cet express Paris-Luchon ?

Dans ce troisième ouvrage, on change totalement de genre, même s’il s’agit toujours d’un roman policier. C’est avant tout une galéjade qu’il faut prendre au deuxième, voire au troisième degré, écrite dans le but de traiter avec humour un sujet sérieux qui nous concerne tous.

Sa genèse est assez amusante et remonte à juin 2018, lors de "l’improbable salon du livre de Luchon" où je présentais les deux romans décrits précédemment.

En discutant avec un ami du CDRIC, j’ai eu un éclair et je lui ai dit :
 
Tu sais, je devrais écrire quelque chose sur cette affaire de train, à la manière d’Agatha Christie… Ça s’intitulerait 'Le crime de l’express Paris-Luchon' 

L’idée était lancée ! Et figurez-vous que le même jour, une dame charmante qui m’avait acheté la veille un exemplaire du "Trésor de Castel Blancat" est venue me revoir pour me dire qu’elle avait beaucoup aimé le livre, mais… qu’elle trouvait que tout cela manquait terriblement d’histoire d’amour. Cette remarque a résonné dans ma tête et je me suis dit qu’il fallait absolument suivre ce précieux conseil !

C’est à partir de ces éléments que j’ai écrit "Le crime de l’express Paris-Luchon". Cette fois, l’intrigue de déroule principalement à Luchon, lors de l’arrivée du train de nuit dans lequel les contrôleurs retrouvent un mystérieux voyageur tué d’une balle dans la tête.

Pour vous mettre dans l’ambiance on soupçonne immédiatement Cédric Dufret qui, comme par hasard voyageait dans le train… Je pense que vous voyez immédiatement le clin d’œil avec le CDRIC… Le maire de Luchon y joue un rôle intéressant également, ainsi que les gendarmes et bien d’autres personnages. C’est aussi une belle promenade dans la ville à la recherche de la belle Christina, qui était elle aussi à bord du train…
 
Une partie de vos droits d’auteur ira à l’association CDRIC que les lecteurs de « Luchon Mag » connaissent bien. Pourquoi cette démarche ?

Personnellement, je fais partie de ces français qui croient encore et toujours dans les services publics, notamment les transports qui favorisent les relations entre les individus et permettent de rompre l’isolement.
 
Pour Luchon et les vallées, le train est le vecteur privilégié de ce lien social et sa suppression relève, de mon point de vue, du non-sens absolu.

J’ai donc immédiatement soutenu l’action du CDRIC et j’ai cherché comment soutenir cette juste cause. Par-delà de l’intrigue policière proprement dite, c’est bien sûr l’objectif de ce modeste roman. Le succès étant au rendez-vous, j’ai  pensé qu’il était normal qu’une partie des recettes puisse aider l’association à développer son action.

C’est, en quelque sorte, ma manière de militer pour que le train revienne à Luchon.
 
Une question "non littéraire" mais qui concerne notre Sud-Comminges : quelle est votre position par rapport à la suspension de la ligne SNCF Luchon-Montréjeau et la réouverture annoncée à l’horizon 2021 avec l’expérimentation d’un train à Hydrogène ? Sans perdre de vue que, quand la ligne était ouverte, le nombre de passagers à bord des trains était très faible…

Ce serait très prétentieux de ma part de dire que j’ai une position sur ce sujet. Je me contente de remarquer qu’il y a aujourd’hui dans notre pays, de plus en plus de personnes convaincues que l’ère du "tout automobile" est révolue.

À la fois pour des raisons économiques et pour des impératifs environnementaux. Vous savez, c’est un peu comme le serpent qui se mord la queue, si l’on finit par convaincre les gens qu’il faut acheter des voitures, il y aura de moins en moins de voyageurs dans les trains. Et si en plus on ferme la ligne en invoquant sa rentabilité, alors la boucle est bouclée.

Regardez la publicité à la télévision à une heure de grande écoute, vous ne verrez quasiment que des annonces pour vous proposer d’acheter une voiture !
 
Je pense qu’il faut arrêter ce massacre planétaire.

Et comme je ne suis pas convaincu que la voiture électrique soit la solution miracle, ne serait-ce que parce que personne ne sait aujourd’hui ce que l’on peut faire des batteries usagées, je trouve que le train à hydrogène est une excellente solution, ce qui n’a d’ailleurs pas échappé à la Présidente de la Région qui soutient le projet, tout comme le maire de Luchon.

Et puis, cela permettra aux curistes de retrouver un train de nuit (sans pour autant finir avec une balle dans la tête !) pour se rendre aux Thermes.

Il faut aussi penser à l’utilité que cela pourrait représenter pour les entreprises locales en matière de fret ferroviaire. Pensez, pour ne prendre qu’un seul exemple, au nombre de camions qui, chaque jour, transportent les bouteilles d’eau de la Société des eaux de Luchon alors que l’entreprise est située à deux pas de la voie ferrée…

Je suis persuadé que le train à hydrogène est la solution d’avenir !
 
Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de "Luchon Mag" ?

Je suis le gendre de Suzanne Labry, femme de lettres, longtemps Présidente du Centre culturel du Pays de Luchon et que les luchonnais connaissent bien ! C’est dire que nous avons souvent eu des discussions animées sur l’histoire du pays et de fructueux échanges littéraires.

Professionnellement, après avoir longtemps travaillé comme Haut-fonctionnaire dans un ministère, j’ai pris ma retraite en 2014 et je partage désormais mon temps entre les Hauts-de-France, où se trouve ma maison de famille, et Saccourvielle à 7 km de Luchon où est située la maison de Suzanne et de sa fille.

J’ai tout de suite été fasciné par la beauté des vallées du Comminges et par la majesté de cette barrière pyrénéenne.

Je ressens quelque chose de particulier pour la ville de Bagnères-de-Luchon qui me fait penser à une vielle dame au charme désuet mais possédant encore de superbes restes !

Écrire sur ce pays est à la fois un plaisir et un honneur et je remercie du fond du cœur toutes les personnes qui m’ont témoigné leur reconnaissance pour avoir mis en scène ces lieux auxquels ils sont tellement attachés.
 
Un autre roman policier en gestation ?

Bien sûr, et même plutôt deux ! Deux sujets tournent dans ma tête depuis déjà quelque temps…

Les prochains romans pourraient s’intituler "Meurtres en estive" et "Meurtres au Vaporarium"… mais n’anticipons pas trop car je ne sais pas encore par lequel je vais commencer !

Vous savez, c’est beaucoup plus compliqué qu’il n’y paraît l’écriture… J’espère simplement être en mesure de présenter un quatrième opus au prochain Salon du livre de Luchon qui doit avoir lieu en septembre 2019 et je donne rendez-vous dès maintenant à celles et ceux qui éprouvent du plaisir à lire ces petits romans, car c’est avant tout pour eux que j’écris !

Propos recueillis par Paul Tian

"Le crime de l'express Paris-Luchon" (7€) est en vente à la Librairie des Thermes et dans les maisons de la presse de Luchon.


La 4ème de couverture

"Le crime de l'express Paris-Luchon" : entretien avec l'auteur Jean-Claude Billiet


1.Posté par NADYNE VF le 07/02/2019 15:32
Monsieur Billet,
Je serais ravie que les romans policiers
( auxquels je suis pourtant allergique 😊 ) rejoignent sur mes rayonnages ( via mon chevet ! ) les livres de Suzanne Labry ( dont j ' adorais les conferences , qui m ' a aimablement reçue - avec ma Maman qui vient de nous quitter - à Sacourvielle et que j ' ai ete heureuse de revoir en octobre )
.... Comment recevoir vos ouvrages au plus tôt** ou plutôt ( 😉) est - ce possible de reserver les trois romans parus jusqu ' a la fin février ?
** Vous pouvez demander mon adresse à la rédaction de Luchon mag .

2.Posté par BILLIET JEAN-CLAUDE le 10/02/2019 19:17
Bonjour Nadyne,

Vous avez de la chance, il me reste un dernier exemplaire du "Mystère de l'horloge" qui est désormais épuisé. Je vous mets donc de côté la trilogie. Vous pouvez me contacter par mail : Jean-Claude.billiet010@orange.fr afin de voir ensemble comment vous faire parvenir ces romans. Très cordialement,

JC Billiet

Nouveau commentaire :

Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Agenda | Culture | Sport | Faits-divers | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique