luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Hommage à Jean-Marie Mengue : un "Pâtre Pyrénéen" pour les trophées du Festival TV de Luchon

A l'instar des "Césars" pour le Cinéma, des "Molières" pour le Théâtre et, en leur temps, des "7 d'Or" de la Télévision Française, le Festival de Luchon a désormais son "Pâtre". Entretien avec Mathieu Bretillard-Mengue, arrière arrière petit-fils du sculpteur luchonnais...



Mercredi 6 Février 2019


Marie-France Mengue-Brétillard, arrière petite-fille du sculpteur Jean-Marie Mengue tenant dans ses mains le "Pâtre Pyrénéen", oeuvre présentée au "Salon des Artistes Français" de 1927 (Photo DR)
Marie-France Mengue-Brétillard, arrière petite-fille du sculpteur Jean-Marie Mengue tenant dans ses mains le "Pâtre Pyrénéen", oeuvre présentée au "Salon des Artistes Français" de 1927 (Photo DR)
Pourquoi ces "Trophées Mengue" à l'Occasion du 21ème Festival des Créations TéléVisuelles de Luchon, Pays Comminges-Pyrénées ? 
 
Je serai tenté de dire que c'était cette année ou jamais ! Combien de fois, chacun d'entre nous, n'a-t-il pas entendu dans sa vie "l'année prochaine", "plus tard", "j'aimerais bien mais ce n'est pas le moment", etc... ?

Rendez-vous compte, un véritable "phénomène d'alignement des planètes" comme on dit maintenant :
 
  • Un anniversaire, celui du 80 ème. de la mort de Jean-Marie Mengue (1855-1939), mon arrière arrière-grand-père sculpteur, Luchonnais & Parisien et dont nous entretenons la mémoire,
  • Une volonté, celle de la Famille, de toujours vouloir rendre vivante et accessible aux Luchonnais, son Oeuvre et son Histoire (dont ils ont tout lieu d'être si fiers) et puis,
  • Un changement de direction à la tête d'un Festival que nous chérissons depuis les toutes premières éditions que nous avions commencé à fréquenter, comme simples... festivaliers, 
  • Une rencontre avec son délégué général, Christian Cappe, un certain 2 novembre 2018 à Paris, un homme ouvert et dynamique, qui vous écoute et ne regarde pas déjà ailleurs quand il vous parle, qui a su nous réserver un accueil attentif et comprendre tout l'intérêt, désormais, qu'il y aurait à ce qu'à l'instar des "Césars" pour le Cinéma, des "Molières" pour le Théâtre et, en leur temps, des "7 d'Or" de la Télévision Française, notre Festival soit hissé, au sommet, dans la cour des grands.
 
Le but étant que lorsque vous verrez apparaître le petit "Pâtre Pyrénéen", non seulement, notre beau pays de Luchon soit directement identifié dans sa région mais, aussi, que le symbole renvoie aux valeurs du pastoralisme, qui ont si longtemps fait la force et la noblesse de notre agriculture de montagne.
 
La Marraine de cette 1ère édition des "Trophées Mengue" est Hélène Jousse, pourquoi l'avoir choisie ?
 
Tout d'abord, je m'empresse de dire que ce ne sont pas, à proprement parler, les "Trophées Mengue" mais bien toujours les "Pyrénées d'Or" et les "Trophées d'Honneur" ; l'appellation reste la même tant elle évoque si bien, en deux mots, nos plus hautes récompenses.
 
Ensuite, comme "Hélène" vous l'a dit, ici, dans vos colonnes, nous souhaitions que que ce marrainage ait du sens ; chaque année, indépendamment ou conjointement avec une action de mécénat – qui reste ouverte pour 2019, soit dit en passant -, une personnalité physique ou morale, ayant trait qui avec la sculpture, qui avec l'histoire de notre ville, qui avec notre éégion et/ou avec la téléVision, bien sûr, sera approchée. Il se trouve qu'en plus d'être sculptrice, Hélène Jousse a une actualité d'écrivaine et que son Livre, "Les Mains de Louis Braille" sort le jour de l'ouverture officielle de notre Festival ; quelle coïncidence ! Et puis, son récit a été bâti comme un scénario de film, alors, qui sait si à Luchon, grâce à Jean-Marie Mengue, Louis Braille, pouvait trouver à être incarné ? Ce serait un beau prolongement, non ?
 
Comment va se dérouler la cérémonie des "Trophées Mengue" ?
 

Les cérémonies, vous voulez dire ! Car, à ce que j'en sais, cette année, celles-ci vont s'égrener tout au long de la semaine ...
 
La Mairie de Luchon nous a fait l'honneur mardi et, en la personne de son maire, Louis Ferré, d'une présentation officielle du Trophée, hier soir ; un véritable "adoubement" pour le petit Pâtre que cette soirée consacrée aux bénévoles et qui, traditionnellement, donne la veille de l'ouverture, sur les marches, le "top départ" du Festival ; il apparaissait si bienséant que ce soit chacun des quelques 150 bénévoles à qui nous devons tant, en terme de vie personnelle et familiale pendant une semaine pour assurer, avec passion, dévouement et gentillesse, le bon déroulement du Festival, qui bénéficie de la primeur de ce secret bien gardé, que nous en sommes encore très émus !
 
Ce mercredi soir, lors de la soirée d'ouverture, le petit "Pâtre" sera dévoilé plus particulièrement aux professionnels, réunis ; ils ne l'impressionneront pas, croyez-moi car déjà, en 1927, un critique d'art, particulièrement aiguisé, déclarait à propos des oeuvres de Mengue, présentées au "Salon des Artistes Français", qu'elles permettaient "aux plus humbles, ces paysans de nos hautes vallées, d'êtres reconnus et dignes de pénétrer dans les salons les plus fermés" de la capitale !
 
Puis :
 
  • Dès Jeudi soir, 7 février, une première statuette, numérotée (la cinquième), sera détachée du lot pour être remise au meilleur documentaire primé, sous la présidence de Jury de Patrick Rotman, la soirée sera présentée par Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture,
  •  Vendredi, ce sera au tour de Jean-Louis Etienne, médecin et... explorateur français bien connu, d'être mis à l'honneur et de recevoir la troisième ; s'en suivront, enfin,
  •  Samedi, les attributions des sixième et septième pour les catégories Fiction et WEB-Formats innovants lors de la soirée co-animée par Sandrine Quetier et Christian Cappe, sous la présidence de Dominique Besnehard, président du Jury de la Fiction et Frédéric Josue pour celui du WEB-Formats innovants et, enfin, de celle d'Honneur, la quatrième, décernée pour sa carrière à Muriel Robin ... qui la recevra, entre autres, des mains de Hélène Jousse ! 
 
 
Quelle est l'actualité des "Amis de Jean-Marie Mengue" en cette 80ème année de la disparition du Sculpteur ?
 
Euh (rires !), eh bien, vous nous pardonnerez de souffler, peut-être un peu ?
 
Car les trois dernières semaines ont été particulièrement chargées, justement, en terme d'actualité, comme vous le dites pour mener à bien ce beau projet ; songez plutôt que nous avons tenu, dans des délais particulièrement contraints, à ne solliciter que des compétences locales ; en premier lieu, celle de Georges Zamora, sculpteur bien connu en notre Comminges et qui s'est assuré, outre la prise des cotes sur la statue d'origine et de la conception en "3D", de l'impression en résine au "FabLab Sapiens" de Saint-Laurent-de-Neste, dans les Hautes-Pyrénées, organisme communautaire à but non lucratif, avant que d'en confier à la Fonderie "Ilhat" de Flourens et de son responsable, Jean-Claude Bru, la réalisation du moule et de toutes les étapes jusqu'au trophée final, en bronze, d'une trentaine de centimètres.
 
Maintenant, si l'année aura été marquée par cette articulation judicieuse pour décupler nos énergies entre un Festival, "debout dans sa ville et dans son territoire" comme se plaît, à juste raison, à le rappeler son président, Christian Miégeville et nous, "Les Amis de Jean-Marie Mengue" sommes ouverts, comme nous l'avons toujours été, à toute proposition qui viendrait à nous être faite, notamment par la puissance publique pour prolonger notre implication.

Les chantiers ne manquent pas, à commencer par celui de la mise en sauvegarde du Groupe "Caïn & Abel" aux Quinconces, très endommagé. 
 
D'ici là, une couronne en hommage, composée de Lys blancs et de Roses rouges, aura été déposée cette semaine par la famille (accompagnée de Hélène Jousse, Sculptrice), au buste de "Jean-Marie", place Mengue dans l'idée du "passant, souviens-toi" et, au-delà de Luchon, bien au-delà de nos belles montagnes, "Les Amis de Jean-Marie Mengue" poursuivent aussi leur combat sur Paris.
 
En effet, un projet "saugrenu", de … "miroir d'eau", sans âme et sans histoire comme la société qu'on veut nous imposer, parfaitement inadéquat, à notre sens avec la rénovation du Grand Palais à qui il faut conserver les aspect extérieurs de son écrin du XIXème siècle, voudrait… purement et simplement, déposer le Bassin du Square Jean-Perrin, entrée "Nord", au 10, avenue des Champs-Elysées, que Jean-Marie Mengue avait sculpté, prenant la suite de Raoul Larche, son ami, décédé accidentellement en 1912 et menant à terme son oeuvre…
 
Une pétition est en ligne, qui a déjà recueilli près de 4.250 signatures. Nous vous invitons à la signer, en cliquant ici.
 
Contact pour tout renseignement et mécénat des Trophées :

"Les Amis de Jean-Marie Mengue" au 06.79.30.21.66 ou par Courriel à lesamisdejeanmariemengue@orange.fr !
 
 




1.Posté par NADYNE VF le 06/02/2019 14:52
Excellente idée que ce trophée à la fois local et national . J ' espère seulement mal comprendre en pensant qu' il ne sera attribué que cette année. J ' espère que ce petit pàtre sera au contraire le label durable ( le mot est à la mode ) du festival
luchonnais .

Nouveau commentaire :

Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Agenda | Culture | Sport | Faits-divers | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique