luchonmag
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gilets Jaunes : en Haute-Garonne, les maires ruraux collectent les doléances des citoyens

En marge du mouvement des Gilets Jaunes, les maires ruraux ont ouvert, samedi 8 décembre, un cahier de doléances pour leurs administrés. René Savelli, maire d'Auzas dans le canton de Bagnères-de-Luchon, et président des maires ruraux de Haute-Garonne répond aux questions de "Luchon Mag".



Dimanche 9 Décembre 2018
Nadyne Vern-Frouillou


(Photo © NVF)
(Photo © NVF)
Dans le petit bureau de la petite mairie de sa petite commune, René Savelli, maire d'Auzas (depuis vingt-trois ans) ne reste pas les bras croisés et le regard fermé sur le monde qui bruit  au-delà du bruit de la préparation du marché de Noël qui aura lieu à Auzas le samedi 15 décembre.

Egalement président de l'association des maires des communes rurales de la Haute-Garonne (moins de 3500 habitants), il s'investit actuellement dans le collectage des doléances et des propositions de tous ceux qui, même s'ils ne défilent pas en portant le gilet jaune, l'arborent dans leur voiture ou accroché à un balcon ou une fenêtre.

Si tous ceux qui s'affairent sur la place de la salle des fêtes portent le gilet jaune sécuritaire des employés en action, René Savelli ne me reçoit pas revêtu du fameux vêtement devenu emblématique de la révolte populaire "mais je l'ai dans ma voiture, derrière le pare-brise, précise-t-il, comme la plupart des gens ici et comme partout. Ici, je n'en jamais entendu râler qui que ce soit contre les manifestations."

Révolte ou révolution ? 

"Mon objectif n'est pas de faire la révolution, loin de là ! Les gilets jaunes sont sur les carrefours pour attirer l'attention sur leurs doléances et leurs propositions mais les 80 % de gens qui les soutiennent ne s'arrêtent pas forcément pour débattre avec eux.

Notre objectif de maires est donc de recueillir le maximum d'avis auprès de la population pour concrétiser la réalité de ces doléances. Si des milliers de citoyens s'expriment, ce sera plus porteur."

L'association des maires ruraux de Haute Garonne rassemble cent cinquante maires mais l'invitation à ouvrir leurs portes de mairie a été envoyé à tous les maires de toutes les communes du département.

Cette proposition a été faite il y a seulement deux jours, il n'est donc pas possible de chiffrer avec précision le retour sur l'accueil de cette opération mais René Savelli est confiant car il a déjà reçu de nombreux coups de fil et messages très favorables.

"D’autant plus que ce cahier de doléances fait écho à la manifestation des maires ruraux de Haute Garonne du 24 novembre dernier pour la défense du département contre la métropole. Ce mouvement des gilets jaunes est bien le signe de la fracture territoriale dont tout le monde se plaint."

Comment se présente ce cahier de doléances ? 

"Ce sont des feuilles blanches, il n y a pas de questions, aucun dirigisme, les gens s'expriment comme ils veulent et sur tous les sujets qui les préoccupent. A la fin, ce cahier est ouvert jusqu'au 15 décembre, nous procéderons à une synthèse qui sera envoyés aux députés et au préfet à qui nous adresserons aussi copie des originaux in -extenso."

Tandis que René Savelli me parle, les bénévoles de GALA (Groupement d'Animation et de Loisirs Auzassien) nous offrent un concert de marteaux et de bruyants outils électriques.

Samedi 15 décembre, de 16h à 22h30, Auzas vivra dans la joie de son dixième marché de Noël semi-nocturne.

Ces festivités ne sont-elles pas en contradiction avec la situation actuelle ? 

"Non ! Les gens ont économisé, se sont souvent même privés pour pouvoir faire plaisir aux enfants. Les lumières, les animations, c'est un peu de ciel bleu dans cette période jaune."

Bien qu’à l'écart des grands axes, Auzas ne va-t-il pas subir la crainte du public de se déplacer pour venir au marché de Noël ?

"Il n'y a pas de rond-point à Auzas ! L'accès est libre !"

René Savelli glisse une note d'humour dans le ciel bleu des festivités à venir. Le marché de Noël ne devrait pas subir les conséquences des filtrages ou des blocages. 

D'ailleurs, le marché n'est que le 15 décembre...

Pensez-vous que d'ici là, la situation se sera (bien) améliorée ?

"Je ne suis pas devin mais s'ils veulent désamorcer le mouvement, il faudra impérativement remettre l'ISF. On ne peut pas demander des efforts aux plus pauvres et en exclure les plus riches. La devise française inclut la fraternité, c'est le moment de la faire valoir. Et dans ISF, il y a solidarité ...Impôt de SOLIDARITE sur la fortune … Il faut donc faire payer cet impôt."


1.Posté par Yellow Submarine le 10/12/2018 12:58
Initiative inutile dans le Luchonnais. Puisque il paraîtrait tout va bien!
Ils ont dû demander de la neige.
Mais c'est mal barré. Leur pote Jupiter ne pourra rien faire
Ils n'ont plus qu'a fermer leurs boutiques de location et de vente de matos. Vendre leurs appartement en location tout pourris.
Et aller investir du côté de Perpignan à côté des caraques .
Boutique de vente de paréos et de tongs. Et location de bungalows :-) :-) :-).

Nouveau commentaire :

Actu | Opinion : la vôtre, la nôtre | Agenda | Culture | Sport | Faits-divers | Tribune libre | Murmures | PUBLICITÉ / CONTACT | ULULE | Luchon Passion | Pub | RDV politique